Chiang Mai : le trek de Monsieur Gloubi

J’ai profité de notre escapade à Chiang Mai pour aller explorer les montagnes & la jungle lors d’un trek de 2 jours.

La ville grouille d’agences en tous genre proposant toutes sortes de prestations et il est facile de s’y perdre. Voici quelques infos utiles : 

En fonction de votre motivation / forme physique vous pouvez choisir de passer une ou plusieurs nuits sur place. En plus d’une assurance spécifique, la plupart des tours prennent en charge la nourriture & le couchage (attention il fait plutôt froid dans les montagnes…), vous n’aurez donc pas à porter une lourde charge. Pour les plus sensibles à l’hygiène, un sac à viande est vivement conseillé.

En plus de la randonnée, les tours opérateurs proposent d’autres activités, en général un tour à dos d’éléphant (/!\ potentielle maltraitance animale) et du bamboo rafting. Ce sont les activités les plus touristiques, si vous préférez éviter les grands groupes, optez pour la formule « randonnée only ». Plus d’infos sur les éléphants dans un autre article

Pour les plus stressés de l’organisation, il est possible de réserver en ligne mais choisissez plutôt sur place : cela vous permet de poser toutes les questions en direct, d’éventuellement rencontrer votre guide (C’est le facteur le plus important pour un trek réussi !) et c’est souvent moins cher. Il y a tellement d’agences que vous pouvez réserver du jour pour le lendemain. 

 

L’excursion consiste à visiter le toit de la Thaïlande, le mont Doi Inthanon avec sa forêt et le jardin royal avant de rejoindre des villages Karen qui se trouvent en bordure du parc national.

Vous trouverez en bas de cet article des infos supplémentaires sur ces sujets

Récit

Destination Trek !
Destination Trek !

Le départ de l’hôtel étant fixé à 7h00, le réveil pique un peu mais quand faut y aller, bah faut y aller ! Une fois grimpé dans le mini van, nous filons avec notre groupe au marché local pour se ravitailler. Notre guide négocie pour avoir plus en nous montrant du doigt. J’imagine qu’il doit dire quelque chose du genre « regarde moi ces bestiaux, faut bien que je les nourrisse !» Nous reprenons la route en mini van vers la plus haute montagne de Thaïlande, Doi Inthanon (2,5km) ce qui me permet de finir ma nuit. Les check points du parc naturel passés, nous faisons une pause auprès d’une magnifique cascade tout en commençant les rencontres avec la faune locale :

Pardon pour les arachnophobes...les locaux la mangent frite :)
Pardon pour les arachnophobes...les locaux la mangent frite :)
Catch the rainbow !
Catch the rainbow !

Arrivés au sommet, nous rejoignons un flot impressionnant de touristes & parcourons la passerelle qui traverse la forêt avec notre guide qui nous explique le fonctionnement de son éco système. 

Cette passerelle touristique permet aux touristes mais aussi aux écoliers Thaïs de visiter une petite parcelle sans abimer les plantes au sol. Etant donné les températures, c’est l’occasion pour les locaux de sortir leurs gants, bonnets et manteaux. Bref une fashion week version d’hiver ! 😊

Nous redescendons de la montagne & sur la route du retour, nous faisons escale dans le jardin royal en l'honneur du prince Intha Witchayanon et ses 2 Chedis. Le jardin offre une vue imprenable sur la vallée environnante.

Les tois blancs que vous voyez sont ... des escalators!
Les tois blancs que vous voyez sont ... des escalators!

Une fois cette petite escapade touristique terminée, il est grand temps de passer aux choses sérieuses : le trek ! Le déjeuner rapidement avalé, nous rejoignons un petit sentier un peu plus bas pour nous éloigner de la marée humaine et notre groupe s’élance à flanc de colline. A peine 5 minutes de marche et nous tombons nez à nez avec un Buffle fort peu accommodant, mieux vaut faire un détour pour le laisser tranquille…

Y'a quoi??
Y'a quoi??

L’après midi se déroule sans autre incident et nous parcourons rizières & cascades. Les paysages sont tout en relief et le soleil tape fort : il faut penser à s’hydrater !

Mieux vaut ne pas s'appuyer sur la rampe...
Mieux vaut ne pas s'appuyer sur la rampe...
L'anaconda tree
L'anaconda tree
Instant fraicheur!
Instant fraicheur!

Après 4 heures de marche, nous arrivons enfin au village Karen où nous allons passer la nuit. Le village n’est relié que par une seule route de terre juste assez large pour laisser passer un 4x4. Les locaux sont plutôt farouches : Ils ne désirent pas être pris en photo et après les salutations d’usage, ils reprennent vite leurs activités quotidiennes.

Nous prenons nos quartiers situés à l’écart du village. Les plus téméraires en profitent pour prendre une douche spartiate : un tuyau en plastique, une dalle de béton et une bassine feront l’affaire. L’unique cabane qui nous est dévolue est grande mais le confort est sommaire. Qu’importe, nous ne sommes pas venus là pour ça.

Définition du mot spartiate...
Définition du mot spartiate...
Dinner with view
Dinner with view

La nuit tombe très vite et nous commençons à préparer un diner copieux avec le guide.

 

La randonnée s’étant déroulée à un rythme soutenu, le groupe en profite pour faire connaissance & les langues se délient : l’atmosphère devient plus chaleureuse et le repas très convivial. Pour l’accompagner, les Karens proposent des bières fraiches qui sont clairement méritées ! En plus elles ne sont guère plus chères qu’en ville… 😊

Thaï micro wave
Thaï micro wave
La troupe
La troupe

La nuit est fraîche : la température descend en dessous de 5°C et les couvertures fournies ne sont pas de trop.

 

Nous nous réveillons vers 9h pour un bref petit déjeuner avant de continuer la descente. Au fur et à mesure, nous quittons peu à peu la jungle et retrouvons contact avec la civilisation : Les cultures se font plus présentes & nous croisons d’autres villages avec l’électricité.

12h : c’est l’heure de la pause. Les locaux sont cette fois ci beaucoup plus accueillants et en plus du repas nous proposent d’essayer leur spécialité maison : des cigarettes roulées dans des feuilles de bananes séchées contenant du tabac brun & des graines de tamaris. Certains se laissent tenter. Essentiellement consommées lors de la saison des pluies en guise de répulsif à moustique, ces cigarettes à l’allure particulière sont entrées dans les mœurs si bien que les villageois en consomment régulièrement. Ils se font d’ailleurs contrôler par la police lors de leurs sorties en ville quand ils en allument une… 😊

Après la pause déjeuner, nous empruntons une route bétonnée & commençons à croiser d’autres groupes de touristes et ce qui va avec : petites boutiques d’objets d’artisanat, bungalows à louer, … : l’arrivée est toute proche. Après 6 heures de marche, nous retrouvons notre mini van. Intrigué par notre attroupement, un représentant des forces de l’ordre vient à notre rencontre et tient à prendre des photos avec nous.

" Gendarmerie nationale, contrôle des papiers! "
" Gendarmerie nationale, contrôle des papiers! "

Le voyage vers Chiang Mai est plutôt silencieux, tout le monde étant fatigué… Une fois à l’hôtel il ne me reste plus qu’à prendre une douche & à profiter de la piscine pour un repos bien mérité.

 

Pour en savoir plus:

Le Le mont Doi Inthanon & la « Cloud forest » :

 

 

Le mont Doi Inthanon est le « toit de la Thaïlande », avec une altitude de 2 565 m. Il fait partie de l’Himalaya et est le sixième plus grand parc national du pays. Il doit son nom au dernier souverain de Chiang Mai : le Roi Inthawichayanon. C’est lui qui a compris l’importance de la forêt qui le recouvre et l’a transformé en parc naturel. 

 

Le parc naturel s’étend sur le plus grand plateau de la Thaïlande. Ayant un climat similaire à celui de l’Europe nordique, frais et humide, c’est le seul endroit où il peut geler pendant l’hiver en Thaïlande. A 6h du matin le 19/01/19, il faisait 0°C !

 

La forêt est composée d’espèces bien connues pour leur beauté (les orchidées vanda, le phycastilis, le rhododendron rouge notamment) mais ce n’est pas son seul atout :

 

  • Elle est composée à la fois d’arbres feuillus & de pins ce qui lui donne une canopée dense et verte en permanence. Lors de la saison des pluies, elle réduit l’impact des précipitations et protège les plantes au sol. Lors de la saison sèche, elle protège des rayons du soleil et préserve l’humidité en réduisant l’évaporation.

 

  • Au sol, un tapis mélangeant des plantes vivaces (nécessitant peu de lumière pour leur photosynthèse), des champignons et des rhizomes ayant chacun un cycle de vie différent (allant de quelque mois jusqu’à 4 ans) permet de décomposer toute matière organique et maintient le sol en permanence

 

Ces 2 éléments donnent à la foret le rôle d’éponge : l’énorme quantité d’eau de la saison des pluies est absorbée et est redistribué tout au long de la saison sèche permettant d’alimenter la majeure partie du centre de la Thaïlande en eau.

 

Source : Résumé des panneaux explicatifs qui jalonnent la passerelle de visite de la forêt.

 

Les Chedis Jumeaux & le jardin royal:

 

Les Chedis Jumeaux « Les Pagodes du Roi et de la Reine » ont été construit dans les années 1990 pour célébrer l’anniversaire des 60 ans du Roi Bhumibol et de la Reine Sirikit. L’intérieur est décoré par représentations de la vie de Buddha.

 

Un Jardin Fleuri entoure les deux pagodes, dans des grandes terrasses multicolores. Les 2 souverains se sont inspirés de leur long séjour en suisse (18 ans) pour le réaliser. Le but de cet ensemble est de montrer au Thaïlandais qu’une autre culture que celle du pavot est possible dans cet environnement : en effet la ville de Chiang Mai est située en plein triangle d’or zone bien connue pour son trafic d’Opium et le gouvernement tente de dissuader cette pratique en proposant des alternatives.

 

Source : La petite dame de l’office du tourisme qui parle un peu français

 

Les Karens:

 

Mosaïque de peuples réparti entre la Birmanie & la Thaïlande, ils vivent reclus dans les montagnes même s’ils font des « excursions » en ville & ceux qui le peuvent y envoient leurs enfants. Ils ont leur propre dialecte & ne sont pas assimilé par les Thaïs. Leur statut de minorité & une politique nationaliste Thaïs tend à les réduire à une image stéréotypée de tribus primitives, hostiles et productrices d'opium.

 

Avec le coup d’arrêt de la culture de l’opium, les régions frontalières de la Thaïlande ont perdu de leurs intérêts stratégiques ce qui a encore accentué la pauvreté des Karens. Ils vivent de culture vivrière & d’élevage d’animaux domestiques ainsi que de celle des fraises et du café.

 

N’ayant pas d’hôpital ou de docteur, ils dépendent des différentes plantes médicinales qui trouvent dans la jungle pour se soigner.

 

Cependant le développement du tourisme à Chiang Mai les exposés à la civilisation : même dans les villages les plus reculés, on peut trouver des scooters & des paraboles. Certains villages ont renoncé à leurs vêtement traditionnels (sauf les personnes âgées) mais n’hésitent pas à les renfiler dès qu’un groupe de touristes se présente.

 

Source : Wikipédia + explications du guide

 

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Sara et l'équipe MI-GSO Montrouge (lundi, 28 janvier 2019 17:23)

    On tenait à vous faire un petit coucou et à vous assurer qu'on consulte votre blog tous les jours !
    Continuez de nous faire rire surtout ;) !
    Bises de Montrouge,

    L'équipe MI-GSO Montrouge

  • #2

    Zawel (mercredi, 30 janvier 2019 21:28)

    Vous etes a sanhok ?!? :D
    Seul bbr comprendra :)

    Super les photos ! un peu plus avec vous !

  • #3

    Mélanie (lundi, 04 février 2019 10:13)

    Tu es au top mon beber <3

  • #4

    CriCri de Montsouris (dimanche, 10 février 2019 08:27)

    Super ! Mais où est Madame Gloubi ???!!!!!!

  • #5

    Gaëlle (dimanche, 17 février 2019 12:11)

    Au cours de cuisine pardi Cricri !