La balade des éléphants

Activité ultra populaire auprès des touristes, le tourisme des éléphants tourne à plein régime. Dans la région de Chiang Mai, il y a plus de 3500 éléphants « domestiqués » et la plus grande attraction touristique d’éléphants en possède 200 et accueille en haute saison jusqu’à 2000 touristes par jour.

 

Vous vous doutez bien qu’en de telles conditions, ces pauvres bêtes sont bien maltraités. Même si la pratique phajaan (rituel servant à briser l’âme de l’animal en lui faisant subir divers sévices) est heureusement de plus en plus rare, certaines se retrouvent avec le dos et/ou les hanches brisé.

 

C’est pourquoi nous décommandons de monter sur le dos de ces pauvres bêtes, il y a des trucs bien plus sympa à faire !

 

Pour sauvegarder ces magnifiques animaux tout en préservant l’activité économique, des nombreux sanctuaires ont vu le jour. En gros les éléphants maltraités sont rachetés à prix d’or (de 45 000 à 70 000 $) et sont placés dans des espaces de semi-liberté (ils ne sont pas attachés mais ne peuvent pas aller dans les champs) sous supervisions de « mahouts » sortes de gardiens issus en général des communautés locales. Et comme un éléphant peut absorber 200 kg de nourriture et passe jusqu’à 18h par jour à manger, tout cela est acheté aux paysans du coin. Les touristes peuvent rendre visite aux pachydermes pour leur donner à manger (je vous assure y’a du taf) et se baigner avec eux.

 

Attention quand même : les éléphants sont des animaux sauvages et non des gentilles peluches inoffensives. D’après Pai, notre guide, depuis l'ouverture des programme de réserves à Chiang Mai, 22 touristes ont perdu la vie avec 53 éléphants (tués soit en « représailles » soit par les paysans assez mécontents d’avoir vu leurs champs ravagés)

Source : Pai notre guide super sympa

Le guide
Le guide

Comment bien choisir votre excursion ? Tout simplement en vous assurant que les éléphants ne sont pas montés. Il y a environ une cinquantaine de programmes de réhabilitation dans les environs de Chiang Mai. Nous avons choisi un tour d’une demi-journée avec Karen Elephant Reserve.

Le village Karen
Le village Karen

Le camp se situe à environ 1h de route de Chiang Mai nous quittons l’hôtel à 7h00 avec notre groupe en mini van. Nous avons de la chance, nous ne sommes que 6. Après une petite escale pour se ravitailler en banane, LA friandise pour les éléphants, nous mettons en route.

BANANNNAAAA
BANANNNAAAA

Arrivée sur place, nous nous présentons au mahouts & notre guide nous présente le groupe d’éléphants. Il y a la mère, May Faat et ses 2 enfants : Chaï, 8 ans et Hug, un éléphanteau espiègle. Il y avait également un frère plus âgé mais il est malheureusement décédé. D’après Pai, cela a profondément marqué le groupe et l’a encore plus soudé.

La famille
La famille

Les éléphants nous voient arriver de loin et se rassemblent près de la barrière. Celle-ci est là pour éviter que les éléphants ne se servent directement dans les paniers de banane. Nous commençons à les nourrir en leur présentant les bananes. Les 2 grandes prennent vite toute la place et il faut presque se battre pour Hug puisse lui aussi avoir à manger.

Au début nous sommes tous impressionnés et notre groupe se contente de poser les bananes au bout de leur trompes. Ils sont étonnamment agiles et c’est Chaï qui remportent le concours du plus grand nombre de bananes ingurgité en même temps : 8.

Chaï, à doite sur la photo
Chaï, à doite sur la photo

Une fois les premières frayeurs passées nous commençons à les nourrir directement dans la bouche & à prendre des Elfies (selfies avec éléphants). 

Elphie!
Elphie!

En fonction du caractère des éléphants ceux ci se laissent plus ou mois caresser : Hug n’hésite pas à nous repousser assez rudement avec sa trompe lorsque l’on s’approche de lui sans banane. Comme dit Pai : « No food, no friend ! »

Les bananes sont rapidement épuisées et les mahouts mettent les éléphants en route vers d’autres sources de nourritures. Comment faire se faire obéir de bêtes aussi massives nous demanderez-vous ? C’est simple :

 

  • Les mahouts connaissent les éléphants depuis longtemps & ceux ci sont en confiance avec eux
  • Les éléphants une vie relativement routinière et savent ce qui va se passer par la suite
  • Une grosse tape sur les fesses permet aussi de les motiver et vu l’épaisseur de leur peau ça ne leur fait clairement pas mal

 

Les mahouts disposent par terre du fourrage. Ce n’est clairement pas leur plat préféré : Chaï ayant été dans un cirque, elle fait sa belle pour avoir un rab de banane et manifeste son mécontentement lorsqu’elle comprend que sa demande ne sera pas satisfaite.

 

En route!
En route!
Les bananes c'est mieux!
Les bananes c'est mieux!
Chaï fait sa belle
Chaï fait sa belle

Après une petite balade vers les vient le clou du spectacle : le bain ! Le spectacle des éléphants accourant dans l’eau est très impressionnant & notre groupe prend garde à ne pas se mettre sur leur passage.

Au bain!
Au bain!
Faites place!
Faites place!

Une fois dans l’eau nous les aspergeons et une bataille d’eau ne tarde pas à éclater.

Les éléphants se lassent vite et souhaitent sortir de l’eau pour aller se rouler dans la poussière, leur équivalent de notre talc.

Pour nous remettre de nos émotions (auprès des éléphants il faut être vigilant en permanence) et de notre attention un bon repas et une baignade dans une cascade nous attendent avant de reprendre la route vers notre hôtel.

Écrire commentaire

Commentaires: 0