Nouvelle Zélande, de Christchurch à Auckland

Notre périple toujours plus optimisé! :)
Notre périple toujours plus optimisé! :)

A Christchurch,  nous décidons de faire changer notre van après tous les problèmes que nous avons eus. Il nous a fallu quelques jours de négociation pour nous faire entendre, mais bon comme ça nous avons eu le temps de profiter de la ville... Nous quittons nos amis et nous reprenons la route.

Kaikoura - Rencontre du 3ème type

20/04/19

La plage de Kaikoura
La plage de Kaikoura

La région de Kaikoura est très isolée: la ville est coincée entre la mer et les montagnes, la seule route pour y accéder passe très près de la mer. A chaque grosse intempérie, les routes sont bloquées et la communauté se retrouve isolée.

Entre mer et montagne
Entre mer et montagne

Nous avons réservé une excursion en bateau pour aller à la rencontre des baleines qui peuplent cette région de l'océan: en effet la fosse marine est très près des côtes ce qui permet de la protéger facilement. C'est un véritable sanctuaire pour la faune marine.

La fosse au large de Kaikoura est un sanctuaire Maori et c'est la communauté locale qui gère la partie touristique et la partie protection. Nous embarquons avec notre guide et nous constatons rapidement que nous ne sommes pas seuls sur l'eau. Un avion survole également la zone. Tout le monde est sur le pont pour repérer le souffle d'une baleine. Les différents bateaux s'échangent les infos et la radio n'arrête pas de crépiter. L'équipage déploie des micros sous l'eau pour avoir un repérage précis.

Cachalot repéré!
Cachalot repéré!

Nous sommes chanceux: en plus d'une météo clémente nous ne mettons que 15minutes pour repérer une baleine. A la taille du geyser, il s'agit d'un grand cachalot d'après notre guide. Branle-bas de combat! Il s'agit de gagner la zone au plus vite avant que le cachalot ne plonge. L'approche se fait par le côté pour ne pas effrayer la bête: si nous arrivons trop vite ou de face, l'animal prendra peur et plongera avant d'avoir fini de respirer ce qui peut le mettre en danger. Tout le monde est sur le pont pour admirer le spectacle de la plongée.

Manu
Manu

Le spectacle est magique: nous n'apercevons qu'une partie de son dos mais on se représente bien la taille impressionnante du cachalot. Une fois que l'animal a regagné le fond et l'émotion passée, les passagers retournent à l'intérieur pour le débriefing: Toutes les baleines ont un nom car elles séjournent régulièrement dans le coin. Le cachalot que nous avons vu s'appelle Manu. C'est le plus vieux mâle de la région et il n'avait pas été aperçu depuis des mois. Notre guide est tout heureux: la communauté craignait qu'il soit mort.  Les femelles quant à elles préfèrent les eaux plus chaudes vers les îles Fidji et elles ne s'aventurent que rarement près de la Nouvelle Zélande. Ses explications sont coupées par une brusque accélération du bateau: un autre grand cachalot a été repéré et nous fonçons pour l’apercevoir.

Mr T
Mr T

Le second cachalot que nous apercevons s'appelle Mr T à cause de la forme de sa queue. C'est le muscle le plus puissant du règne animal: aussi puissant qu'un moteur de camion 35T. Nous restons à bonne distance de la bête: c'est un cachalot solitaire et il a récemment perdu un ami (car oui ces grandes bestioles ont des personnalités!), blessé par un sonar de bateau. Même si les baleines ont des yeux, elles se repèrent et chassent exclusivement à l’ouïe et les activités humaines peuvent engendrer de graves blessures. Il y a encore quelques temps Mr T claquait sa queue à la surface de l'eau en tournant en rond, comportement très inhabituel chez ces animaux.

Nous laissons les cétacés tranquilles et nous nous rapprochons de la côte: il y a encore beaucoup à découvrir! Sur un rocher se trouve une colonie de phoques. Ils se reposent tranquillement au soleil après une session de pêche. Nous continuons notre route vers le port et passons sur le territoire de plusieurs colonies de dauphins

Et là c'est le festival: les dauphins s'amusent comme des fous à surfer sur les vagues crées par le bateau. Il y a 2 espèces qui cohabitent ici : le dauphin commun (le pote de Flipper) et une espèce locale: le dauphin Hector (au ventre blanc). On ne se lasse pas de ce balais aquatique mais l'heure tourne et nous devons hélas rentrer. Pour nous remettre de nos émotions, nous   allons déguster un délicieux fish and chips avant de reprendre la route.

Hanmer Srings

21/04/19

La petite éclaircie pascale
La petite éclaircie pascale

Nous passons Pâques dans la petite ville thermale d'Hanmer Springs. Le temps est horrible: une bonne pluie bien drue à l'horizontale. Heureusement que les bains sont ouverts, nous allons nous prélasser dans des piscines chaudes naturelles. Effectivement ça doit être magnifique quand il y a du soleil. Nous ne nous attardons pas trop, car nous sommes un peu déprimés par le temps et filons vers le parc naturel d'Abel Tasman

Le parc d'Abel Tasman

22/04/19

C'est le parc naturel le plus connu de nouvelle Zélande. On ne peut y accéder qu'à pied depuis les villes de Marahau à l'Est ou la ville de Takaka à l'Ouest.

Le parc est très très grand: un trek propose de le traverser entre 4 et 5 jours. Il est possible d'y dormir soit en camping soit dans des huttes mais il faut s'y prendre plusieurs mois à l'avance. On peut aussi y faire des balades en kayak mais les prix sont prohibitifs: 165NZD / personne pour une journée. Nous décidons donc de faire 2 jours de randonnées: une à l'Est et une à l'Ouest pour pouvoir découvrir au mieux la fameuse "Abel Tasman Coastal Track". Il vaut mieux commencer par l'Est car il y a un freecamp dans la ville de Takaka et des douches chaudes (2NZD) pour après la rando :)

Notre objectif est d'atteindre "Séparation Point" avant de retourner au point de départ. Nous attaquons tôt en prévision de la route à faire après la rando: il  nous faudra faire tout le tour du parc. Départ à 7h00 pour 6h de marche. La météo n'est pas avec nous: il fait gris et des petites pluies viennent perturber notre progression. Heureusement ça se lève vers 10h.

La piste reste près de la mer mais suit aussi le relief ce qui nous fait pas mal de dénivelé. Les criques et les plages s'enchainent plus belles les unes que les autres

Plus on s'enfonce dans le parc, plus la forêt redevient primaire: il n'y a pas si longtemps que l'exploitation forestière a été bannie de la zone. Nous arrivons enfin à Séparation Point: Le DoC (department of conservation) essaie d'y établir une colonie de fous de Bassan avec des hauts parleurs diffusant leurs cris. Lorsque nous arrivons sur place aucun oiseau en vue... On profite de la vue avant de reprendre le chemin du retour.

Le lendemain, rebelote! Avec une météo plus clémente ce coup ci. Par contre la piste est beaucoup plus fréquentée qu'hier. Pas grave, de toutes façons nous avions prévu de moins marcher.

Cette piste est beaucoup plus facile que la précédente ce qui nous permet de profiter un peu plus du paysage. Nous sommes également suivis par des kayaks faisant le même trajet en mer.

Le soleil tape et Mr Gloubi décide de s'accorder une pause baignade pour se rafraîchir. Nous devons rebrousser chemin juste avant Anchor Bay car nous prenons le ferry dans 2 jours et la route est encore longue !

La traversée vers l'île du Nord

25/04/19

Nous filons vers la ville de Picton pour prendre le ferry. Sur l'immense parking se mêlent camions, camper vans et voitures tractant des bateaux. L'embarquement prend pas mal de temps mais nous finissons par monter à bord. Tout le monde se rue sur le pont pour profiter de la vue.

Le bateau sort vite des fjords pour arriver dans le détroit de Cook. Les vents sont forts et le pont extérieur est rapidement fermé pour des raisons de sécurité. Le détroit est coupé en 2 par une grande faille tectonique. Le dernier tremblement majeur a eu lieu en 1855. Le plancher océanique est depuis très surveillé par les scientifiques qui étudient de près les dépôts de sédiments pour mesurer les mouvements des plaques.

Route plutôt sinueuse...
Route plutôt sinueuse...

Wellington aka Windy Welly

25/04/19

Pendant le débarquement nous resquillons pour sortir le plus vite possible: Les campings à Wellington et aux alentours sont chers et il n'y a qu'un seul freecamp dans la ville avec un nombre de places limité. C'est la course mais nous réussissons à trouver une place ce qui nous permet de visiter tranquillement la ville.

Pour s'adapter au risque sismique récurrent, l'urbanisme est résolument temporaire: à part quelques bâtiments emblématiques, les constructions sont légères, modulables et déplaçables ce qui est très dépaysant. Après avoir déambulé en ville nous allons au musée Te Papa de Wellington. L'entrée est gratuite et franchement ça vaut le coup!

Nous commençons par une exposition temporaire sur la bataille de Gallipoli à laquelle des troupes australiennes et néo zéalandaises ont pris part. C'est un évènement majeur pour le pays: même si l'enjeu de la bataille n'est pas important, la participation au conflit a renforcé l'unité nationale: les Maoris ont demandé à être enrôlés dans l'armée pour affirmer leur appartenance à la nation.

Le reste du musée est consacré à l'évolution du pays depuis l’arrivée des Maoris puis celles des explorateurs européens avec une partie sur la faune & la flore et une autre sur les relations entre européens & maoris

Acte majeur de la fondation du pays, le traité de Waitangi signé entre l'Angleterre et les chefs des tribus maoris permet d'établir les fondements des relations entre les 2 peuples. Malheureusement la précipitation dans laquelle il a été rédigé & traduit a entraîné de nombreuses incompréhensions qui persistent encore aujourd'hui. Ceci dit le traitement réservé aux Maoris et à leur culture est sans commune mesure avec le funeste sort des aborigènes d'Australie... Ce musée est vraiment incontournable pour qui veut mieux comprendre l'histoire & la culture maorie

Après le musée nous profitons du beau temps pour aller au sommet du mont Victoria pour admirer la vue sur tout Wellington. En repartant, on s'arrête sur ... un lieu de tournage du seigneur des anneaux! Ça vous avait manqué hein! Il s'agit l'endroit où Frodon et ses amis sont traqués par les cavaliers noirs après avoir quitté la Comté. La nature ayant repris ses droits sur les lieux, ils ne sont guère reconnaissables

En route pour Cape Palliser

26/04/19

Après avoir quitté Wellington, nous faisons étape à Upper Hut et ses alentours pour continuer notre pèlerinage sur les lieux de tournage du seigneur des anneaux: les jardins d'Isengard, où Saroumane discute avec Gandalf.

On en profite aussi pour s’adonner aux sport national : le disc golf. Comme son nom l'indique il faut envoyer le frisbee dans une cible avec le moins de coup possible.

On continue sur les lieux de tournages avec Fondcombe, la maison d'Elrond. C'est là ou se forme la communauté de l'anneau.

Dans l'après midi nous arrivons aux Putangirua Pinnacles pour une randonnée de 3 heures ... qui nous amène sur un autre lieu de tournage: le chemin des morts où Aragorn, Legolas et Gimli vont à la rencontre de l'armée des morts pour qu'ils honorent leur serment. Le soleil se lève et la randonnée quoique physique est magnifique: Après avoir suivi le lit de la rivière, les formations rocheuses formées par l'érosion apparaissent. Prenez garde toutefois aux chutes de pierres! 

Nous finissons enfin par arriver à Cape Palliser avant la nuit. Après avoir été jusqu'au phare, nous nous posons au freecamp sur la plage pour déguster un bon fish and chips. Cet endroit est notre 2ème endroit préféré juste après le freecamp du lake Pukaki.

Il n'y a pas de port dans le coin donc les locaux se servent de bulldozers pour mettre leur bateaux à l'eau. Tout en finesse...

Rotorua

29/04/19

Nous devons nous adapter à la mauvaise météo qui s'abat sur l'île du Nord : le but était de remonter vers le parc naturel de Tongariro pour faire l'Alpine Tongariro Track mais les prévisions sont exécrables pour la semaine à venir. Nous décidons de visiter le reste de la région dans l'attente d'un créneau favorable. Une journée de trajet est nécessaire pour relier Cape Palliser à Rotorua.

Rototua est une ville thermale avec une activité géologique importante : des sources chaudes et geysers sont présents partout y compris dans les jardins des particuliers. La ville en elle même n'est pas très intéressante: les attractions touristiques payantes ne valent pas vraiment la peine.

On peut tout de même noter un village Maori et la forêt de Redwood qui est composée de séquoias. En 1901, le DoC a introduit 170 espèces de plantes et d'arbres pour développer le biotope et c'est le séquoia de Californie qui a pris le dessus. L'atmosphère y est très paisible et c'est un lieu prisé des locaux qui viennent y commencer leur journée par un footing.

RedWood Forest
RedWood Forest

Les alentours valent aussi un petit détour avec notamment le lac bleu et la fameuse Kerosene Creek. C'est une rivière chaude qui parcourt une forêt; on peut s'y baigner, au risque de sentir un peu le souffre après la baignade.

Taupo

30/04/19

Nous continuons notre périple dans les zones géothermiques en descendant vers la ville de Taupo connue pour son Mac Donalds élu "restaurant le plus cool de la chaîne" : on peut y manger son Big Mac dans un avion :

Heureusement le fast food n'est pas la seule raison de se rendre à Taupo: outre se promener sur les berges du lac du même nom, on peut également se baigner dans des sources chaudes d'Otumuheke mais sans l'odeur de kérosène ce coup ci! A la tombée de la nuit l'endroit est pris d'assaut par les locaux qui viennent se détendre avec quelques bières (bien que ce soit interdit)

Le parc Tongariro

01/05/19

Demain, on va toucher les nuages!
Demain, on va toucher les nuages!

Après quasiment une semaine d'attente, ça y est, le temps se décide à jouer en notre faveur! Il nous reste encore une journée avant notre vol pour la Nouvelle Calédonie et nous fonçons en direction du parc naturel de Tongariro. Mr Gloubi est quelque peu impatient d'aller à la rencontre du volcan. En effet, c'est ici qu'ont été tournées les scènes du seigneur des anneaux se déroulant au Mordor, pays de Sauron.

Nous passons la nuit en camping et partons explorer les alentours avant la grande randonnée. Il y a pleins de petites boucles à faire dans la région, nous nous rendons aux chutes Tawhai. C'est le lac interdit dans le seigneur des anneaux, la scène où Gollum mange son poisson en chantant.

Le parcours du trek traverse un désert alpin, serpente entre des volcans, descend dans un cratère rouge, contourne des lacs aux eaux colorées, longe des sources brûlantes et s'achève dans une forêt vierge. Ça vend du rêve mais c'est une randonnée de 20km quand même. Qui plus est à l'approche de l'hiver, les températures au sommet sont négatives et les versants verglacés. Il ne s'agit pas d'y aller à la légère.

Il ne s'agit pas d'une boucle : les lieux de départ et d'arrivée sont différents. Des navettes partent de la plupart des campings pour vous amener sur le lieux de départ. Ce qui est drôle c'est que les kiwis essayent presque de vous décourager de la faire: Êtes-vous sur de vouloir la faire? Vous savez qu'en moyenne on évacue 2 personnes en hélico par semaine? Mais bon il en faut plus décourager Mr Gloubi : Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, il partira.

Le menu du jour
Le menu du jour

Nous devons rendre le van à Auckland le 03 mai, alors pas de temps à perdre! Il va falloir faire mieux que le temps annoncé... #défi

A 7h il y a déjà du monde sur le parcours ! La randonnée commence doucement, mais la végétation disparait assez vite dès que l'on approche de la base du volcan. Il fait encore frais comme en témoigne la campagne gelée et les gants ne sont pas de trop! Le cortège de randonneurs arrive aux Sodas Springs et la végétation réapparait comme par magie. Ces eaux sont très chargées en métaux lourds et sont donc toxiques.

Une fois la source passée, les choses sérieuses commencent! L’ascension démarre et la pente est rude, heureusement le chemin est aménagé. Même si le volcan est encore actif, il est sous constante surveillance. Direction le cratère Sud en passant entre les monts Tongariro et Ngauruhoe c'est la voie la plus facile même si elle s'appelle "Devil's Staircase"... Il faut marcher à rythme régulier et faire des pauses, qui permettront d'ailleurs d'admirer la vue sur les environs. Une fois en haut, on est au plus proche du mont Ngauruhoe : son ascension est interdite car le lieu est sacré pour les Maoris. De plus la montagne est entièrement constituée de scories (petites roches volcaniques) ce qui rend la promenade complexe...

Une fois dans le cratère Sud, on se dirige vers le cratère rouge. Si vous arrivez là haut assez tôt, vous pourrez voir quelques plaques de givre ce qui accentue le caractère désertique du paysage. De là, on devine la prochaine étape: l'ascension du cratère rouge.

C'est la partie la plus compliquée du treck surtout pour Mr Gloubi qui est un peu sujet au vertige. Les 300m vers le sommet du cratère rouge sont encore verglacés et on fait parfois un peu de varappe. Sur la dernière partie il y a énormément de vent, ce qui ne facilite pas la tâche. Mr Gloubi s'excuse pour la piètre photo du cratère rouge mais le vertige ne lui a pas permis de s'approcher plus près du bord... Une fois en haut, à 1890m d'altitude, on a une vue magnifique sur les lacs d'émeraude et on entraperçoit le lac Taupo en arrière plan.

Une fois que l'on est monté et bien il faut descendre maintenant! Sur le papier cette étape est censée se faire en 10 minutes mais il en a bien fallu le double pour Mr Gloubi : à droite le gouffre, à gauche un cratère fumant... Bref une fois arrivé en bas, il est possible de faire le tour des lacs avant de continuer. Par endroit le gel cohabite avec les fumerolles. On continue sa route sans oublier de se retourner pour admirer le cratère une dernière fois.

Une fois passé le dernier lac, on attaque la dernière grosse montée de la rando. On est récompensé par une vue absolument magnifique sur le Lac Taupo. La descente commence en pente douce et va serpenter tout le long du volcan. Ça n'est pas pour autant que c'est reposant : vos genoux vont être mis à rude épreuve... La végétation reprend peu à peu ses droits et d'un coup, on se retrouve en forêt. La randonnée prend fin une fois arrivé au parking. Pour être honnête, toutes les alertes émises par les kiwis sont un peu surfaites: la randonnée est certes physique mais à part la montée / descente du cratère pour ceux qui ont le vertige, la route est plutôt sûre comparée à la randonnée de Mueller's hut par exemple. L'objectif est atteint en 4h45, ce qui nous permet de filer à Auckland à temps pour rendre le van.

La route vers Auckland

03/05/19

Malheureusement nous n'avons pas le temps de visiter cette belle ville : le mauvais temps nous a fait quelque peu tourner en rond autour du parc Tongariro. Nous nous contentons d'un rapide tour en centre ville avant d'aller à l'aéroport pour déposer le van. Notre aventure Néo Zélandaise s'arrête ici mais nous laisse plein de beaux souvenirs avec des paysages magnifiques.

Écrire commentaire

Commentaires: 0