Arequipa la rebelle

Nous voila de fort bon matin à Arequipa. On ne va pas se mentir, là on est pas bien frais. Mais les péruviens étant d’une gentillesse vraiment appréciable, la dame de l’hôtel nous trouve une chambre disponible pour que nous puissions récupérer quelques heures de sommeil en attendant que notre propre chambre soit prête. 

 

Un bon café péruvien et nous voila requinqués. Nous suivons (une fois n’est pas coutume) un “free tour” pour découvrir la ville. Les 3h de promenade se font dans le centre historique de la ville, et le flot d’informations est conséquent. Madame Gloubi prend des notes en traduction simultanée, ce qui permet à Monsieur Gloubi, plutôt germanophone, de suivre la visite avec intérêt. 

la vie est faite de choix...
la vie est faite de choix...

 

La ville a été fondée en 1541 par les colons espagnols. Ils s’étaient d’abord arrêtés à quelques kilomètres, à Camana, mais le climat n’était pas propice à leur installation. La rivière qui traverse Arequipa les a convaincus que ce nouveau site serait plus accueillant. D’ailleurs, le nom “Arequipa” est la déformation d’un mot quechua qui signifie “Si, se puede quedar”, “oui, vous pouvez rester ici”. Aujourd’hui, c’est la deuxième plus grande ville du pays, économiquement plutôt dynamique. Elle concentre plusieurs industries (lait, bière, cimenterie, mais aussi mines de cuivre, plomb, argent, or, tourisme). 

La Plaza de Armas
La Plaza de Armas

L’ambiance de la ville est déjà bien différente de celle de Lima. Il s’en dégage une atmosphère chaleureuse, on a envie d’y rester ! Peut-être est-ce du à sa réputation de ville rebelle, qui finalement la rend très attachante? 

Dès sa première année d’existence, la ville a affirmé son indépendance en faisant valider par la couronne espagnole son propre écusson. Depuis, elle n’a cessé de cultiver sa différence et son côté rebelle. La plupart des mouvements de contestation péruviens (et il y en a beaucoup, coucou les gilets jaunes) partent d’Arequipa, et sont généralement couronnés de succès. 

 

La légende dit que les plus grandes contestations se sont construites autour des tables des picanterias, les restaurants typiques d’Arequipa. A l’époque, on n’avait pas les moyens de multiplier les petites tables intimes, alors on faisait des grandes tablées où tout le monde se mélangeait. Bien plus facile pour faire circuler les idées contestataires :) 

Arequipa la blanche

Le surnom viendrait de la pierre volcanique blanche utilisée pour toutes les constructions. Mais plus officieusement, ce petit nom était surtout dû au fait que seuls les espagnols (les blancs, donc) étaient autorisés à rester dans le centre de la ville, en faisant une ville blanche. 

 

La ville est étendue mais paraît plus petite et surtout beaucoup plus chaleureuse. Les 3 volcans qui la bordent : Misti, Chachani et Picchu Picchu, lui donnent un petit côté mystique et un peu carte postale. Le Misti entre en forte éruption tous les 2000 ans paraît-il, et la prochaine est pour bientôt ! 

 

Chaque année en août, pour la fête anniversaire de la ville, les plus vaillants (ou les plus dingues) font un marathon dont l’objectif est d’arriver le premier en haut du Misti, à...6425m !

Le lendemain, nous continuons notre déambulation dans la ville et arrivons au couvent Santa Catalina pour le coucher du soleil. 

Vraie ville dans la ville, le couvent s’étend depuis le 16e siècle sur plus de 20 hectares, avec notamment 80 maisons construites au fil du temps pour les soeurs dominicaines et financées par leurs familles. 

Au maximum, le couvent a accueilli 500 femmes : soeurs, jeunes filles à l’internat, ou femmes réfugiées pour diverses raisons. Le couvent a notamment vu passer la grand mère de Paul Gauguin, venue réclamer l’héritage de son père, dernier vice roi d’Espagne. 

Le couvent est aujourd’hui toujours en activité, des bâtiments plus récents accueillent les soeurs qui sont cloîtrées, au sens propre du terme. La majeure partie des bâtiments d’époque ont été rénovés pour créer un musée, ce qui permet de continuer à les entretenir et de nous faire passer un excellent moment dans ce lieu magnifique. 

Nous avons entendu dire qu’Arequipa et Cusco se disputaient le titre de “ville la plus jolie”... après quelques excursions (dont vous pouvez lire le récit dans l’article “des condors au lac Titicaca”), nous irons voir Cusco pour nous faire notre propre idée !

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    dossou dahvaudou (lundi, 24 février 2020 13:02)

    Je suis celui dont ton parle le sorcier hounon amangnon DOSSOU je peut intervenir dans les domaines suivants :
    - amour :
    retour de l’être aimé, maraboutage d’une femme ou d’un homme, mettre fin à un divorce, attirer quelqu’un…
    - chance :
    grigri pour avoir plus de chance aux jeux, pour être un peu moins poissard dans la vie…
    - travail :
    incantations magiques pour trouver un travail, ne pas se faire virer, rituels pour être augmenté, rituels pour réussir les entretiens d’embauche
    - business et affaires:
    grigri à utiliser quand on monte une entreprise, talisman pour mieux négocier les contrats, prières pour faire venir les clients et attirer des partenaires..
    n’hésitez pas à me contacté par mail:

    CONTACT MAITRE DOSSOU
    E-mail personnel : dahvaudounon@live.fr
    Tel personnel : +229 68 60 11 72
    Site web: https://www.medium-voyant-retour-affectif.com