Cusco - La vallée sacrée

La ville de Cusco est certes magnifique toussa toussa (cf article à ce sujet) mais elle est surtout située au centre de la vallée sacrée Inca. Cusco étant l'équivalent de Rome pour l'Amérique du Sud, c'est un endroit extrêmement riche archéologiquement parlant. Vous n'êtes pas obligés de visiter tous les sites, mais voici un aperçu des principaux : 

Vous avez plusieurs solutions pour vous rendre sur les sites de la vallée sacrée : vous pouvez réserver un tour avec une compagnie et un guide ou le faire par vous même en bus colectivo. Nous avons pas mal soupé de tours organisés lors de notre arrivée au Pérou, nous avons donc choisi de le faire par nos propres moyens. Si vous optez pour cette solution pensez à visiter avant les musées sur les Incas de la ville de Cusco pour ne pas être trop perdus devant les ruines!
Les bus colectivo sont le moyen de transport local au Pérou. Ils s'arrêtent à la demande et on paie a la descente. Quand on a une tête de touriste on vous conseille de demander / négocier le prix avant de monter! Le point de départ dans Cusco dépendra de votre destination. /!\ les terminus sont susceptibles de changer !

Pi'sac

09/06/19

Rendez vous près de l'Université Alas Peruanas, rue Puputi. Essayez d'y être avant 7h00 pour prendre de vitesse les tours opérateurs et arriver sur le site avant les touristes. Une fois votre place trouvée dans le colectivo, profitez du voyage. Dès que vous passez un grand pont rouge au fond d'une vallée pensez à rappeler au chauffeur que vous descendez. Passez le pont et demandez à un taxi de vous déposer en haut: Faites vous bien déposer au parking! Ça y est vous y êtes ! Profitez de la vue et commencez votre visite.

Le site est situé à 2 972 m d'altitude, nous n'avons pas trop souffert de l'altitude. Le versant de la colline est strié de terrasses agricoles construites par les Incas et toujours utilisées. Les crêtes sont occupées par les ruines Incas. Elles sont divisées en 4 grandes parties. Les plus impressionnantes sont sans conteste la citadelle et le temple du soleil.

Nous avons rapidement passé les premiers bâtiments car de nombreux touristes commençaient à arriver sur les lieux. Nous avons tout de même pris le temps d'admirer la vue sur la vallée depuis la citadelle avant de nous engouffrer dans un étroit tunnel à flanc de colline pour arriver au temple du soleil. C'est le temple qui a été dessiné par Hergé dans Tintin et le temple du soleil. Une fois passée la source, vous pouvez retrouver un sentier qui redescend au village.

Avec ses constructions militaires, religieuses et agricoles, le site avait une triple fonction. On pense que Písac défendait l'entrée sud de la Vallée Sacrée, tandis que Choquequirao défendait l'ouest et la forteresse d'Ollantaytambo, le nord.

Une fois au village vous pouvez aller flâner au marché artisanal. Mais attention, une voyageuse qui était avec nous s'est fait ouvrir son sac... Si vous avez le temps sur le chemin du retour vous pouvez visiter le refuge animal Ccochahuasi Animal Sanctuary. Ils soignent toutes sortes d’animaux qu'ils récupèrent blessés ou issus de trafic... L'entrée n'est pas chère et vous verrez même des condors!

Chinchero

10/06/19

Le départ du colectivo se situe rue de Bélen, près du centre de santé Belempampa. Vous en avez pour une petite heure de route. Le van vous déposera au bord de la grande route dans la ville, il vous faudra marcher une dizaine de minutes pour accéder au vieux village.

Ce sont les ruines des demeures de seigneurs Incas. Nous n'avons pas trouvé plus d'explications sur ces lieux. De toutes façons, les Incas restent encore une civilisation méconnue et sur de nombreux sujets on ne peut faire que des hypothèses.

On y accède en passant par un charmant petit village en pierre. Le village est en pente et l’ascension est un peu rude. Une fois arrivés au sommet on atteint la place principale qui domine les ruines. La place est entourée de bâtiments coloniaux et d'une belle église mais qui a quelque peu souffert des tremblements de terre.

Pour être honnête ce n'est pas notre site préféré, même si le village est mignon. Si vous êtes contraint par le temps, passez votre chemin.

Moray

10/06/19

Wesh MORAY #92i
Wesh MORAY #92i

Il nous reste encore 3 sites à voir. Nous avons du prendre un taxi pour relier Moray. Sur les conseils d'une rencontre française nous négocions pour qu'il nous attende avant de nous conduire à un autre site AVANT de partir. Sinon vous allez vous faire allumer !

Moray est un ancien centre de recherche agricole à 3 500 m au-dessus du niveau de la mer. Son nom vient de la patate déshydratée. A première vue le site ressemble à de gigantesques amphithéâtres. Ils sont constitués de plusieurs terrasses disposées en cercles concentriques de 2m de haut. En fait il s'agissait d'un centre de recherche agricole inca où étaient pratiquées des expériences de culture. Les terrasses sont irriguées via un bassin situé en haut du site. Des canaux d'irrigation apportaient l'eau sur chaque niveau par l'intermédiaire de rigoles creusées dans la pierre. La position des terrasses crée toute une série de microclimats : la température est plus élevée au centre mais diminue ensuite en fonction de la distance de chaque terrasse. Moray aurait également servi à prévoir les rendements agricoles, mais aussi à acclimater aux conditions locales des plantes exotiques.

Les salines de Maras

10/06/19

Nous reprenons la route pour un trajet de 7km: Les Salines de Maras. Situées au-dessus d'un village troglodyte, les salines sont exploitées par la communauté paysanne. Ce sont plusieurs centaines de petites terrasses qui s'étagent à flanc de montagne où le sel sèche en attendant d'être récolté. L'eau arrive via une source d'eau provenant d'un volcan voisin: elle est naturellement chargée en sel. 

Notre chauffeur nous laisse en haut de la mine. Nous aurions du insister: le coin est assez difficile d'accès et les vans de touristes y roulent à vive allure. Malgré la foule nous réussissons à ne pas tomber dans les bassins: les chemins sont très très étroits. Pour limiter le danger et les dégradations, le site sera bientôt fermé au touristes.

Pour repartir, nous suivons le petit sentier en haut de la colline que vous voyez sur les photos. Une fois arrivés au village, nous traversons la rivière pour prendre le colectivo vers Ollantaytambo.

Ollantaytambo

10/06/19

Seuls vestiges de l'architecture urbaine inca et/ou pré inca avec ses bâtiments, ses rues et ses patios. Dans la partie haute se trouvent les vestiges de la citadelle et du temple, tout en porphyre rouge. 6 pierres les plus remarquables sont assemblées entre elles avec une grande précision par des blocs plus minces. La forteresse se compose de cinq étages de terrasses donnant sur le ravin, et de six sur la vallée, sans compter une longue muraille fortement épaisse qui lui sert de base. Quelque part dans les ruines se trouverait l’entrée d’un souterrain qui aurait communiqué avec Cusco.

Dans la partie basse, la ville est encore habitée par les péruviens. La ville en elle-même a la forme d'un épi de maïs. Les maisons représentant les grains, qui eux-mêmes sont séparés par des canaux. Cependant l’expansion urbaine a fait sortir la ville de la montagne. De l'autre côté de la colline on peut apercevoir d’autres fortifications & habitations moins bien conservées.

La Montagne Arc-En-Ciel

11/06/19

Le nom quechua de cette montagne est Winikunka. Wini est un terme utilisé pour faire référence aux pierres noires, très nombreuses dans la région, et kunka signifie « cou », et fait référence à la finesse et l’exiguïté de cette montagne. Son sommet culmine à 5 200 m. Cette montagne doit sa couleur à une accumulation de sédiments depuis des millions d'années. Son aspect multicolore, totalement naturel, est dû au mélange d'oxyde de fer rouge, de la couleur verte du sulfate de cuivre et du soufre jaune. À l'origine recouverte de neige, le réchauffement climatique a dévoilé ses couleurs.

La montagne arc-en-ciel a été rattrapée par le tourisme de masse en 2016. De nombreuses agences touristiques de Cusco proposent de la découvrir via un tour organisé mais vous pouvez aussi prendre un simple bus. Cependant, l'ascension n'est possible qu'à pied ou à cheval, mieux vaut prendre un tour opérateur: vous serez accompagné par un guide qui pourra vous aider si vous vous sentez mal. Le sentier n'est pas difficile mais à 5200m c'est vraiment éprouvant: la coca et l'eau de Floride vont vous être fort utiles. N'hésitez pas à un prendre un cheval si vous vous sentez mal.

Arrivé au sommet, reposez vous et admirez la vue. Pour les plus motivés d'entre vous, vous pouvez continuer l’excursion vers la vallée rouge. C'est un autre col de la vallée entièrement ocre à 5300m. La marche est un peu plus technique mais la vue vaut le coup. La descente à flanc de colline vous fera faire quelques glissades. 

Sur le chemin du retour nous avons été accompagnés par un troupeau de lamas qui regagnaient leur pâturages. Nous nous écroulons dans le van fourbus mais heureux d'avoir surmonté l’épreuve. D'autres membres du groupe ont été moins chanceux et ont eu besoin d'une assistance oxygène...

Écrire commentaire

Commentaires: 0