Christchurch la résiliente

Christchurch, c'est le genre Quasimodo : vraiment pas top à première vue, pleine de cicatrices, vaguement difforme. Et puis quand on s'en approche un peu plus et qu'on prend un peu de temps pour la découvrir, c'est une ville pleine de surprises et surtout, pleine d'un énorme potentiel. 

Ses cicatrices lui viennent des deux derniers tremblements de terre qui l'ont secouée. Le premier en 2010, qui n'a pas fait de victimes, et le suivant en 2011, qui a tué 185 personnes et ravagé de nombreux bâtiments. 

L'oeuvre éphémère des 185 chaises vides, hommage aux victimes de 2011
L'oeuvre éphémère des 185 chaises vides, hommage aux victimes de 2011

Il s'en dégage une drôle d'atmosphère, un mélange entre une joyeuse énergie et une envie de tirer le meilleur parti de l'instabilité sismique qui peut frapper encore à tout moment; et la douleur d'une blessure qui peine à cicatriser. En témoignent les nombreux bâtiments qui, 8 ans plus tard, n'ont toujours pas été reconstruits. Le plus emblématique étant peut-être la cathédrale. Les paroissiens se réunissent dans une cathédrale en containers et en carton, une vraie oeuvre d'art et de résilience ! 

La cathédrale éventrée
La cathédrale éventrée

Et sa voisine "de transition" en containers et tubes de cartons

Ce que nous choisissons de retenir, c'est cette formidable envie d'aller de l'avant qui semble animer la ville. Le street art est présent un peu partout, comme si la peinture voulait aider les murs, même les plus fragiles, à continuer à s'exprimer. 

La ville est parsemée d'espaces "de transition" : des endroits où les initiatives citoyennes ont toute leur place, où tous les projets qui permettent de faire revivre un quartier, une communauté, peuvent exister, même s'ils ne sont que temporaires. Les containers ont la part belle dans ces projets, car ils permettent des installations rapides et relativement solides. Un centre commercial, (fermé fin 2017, il laisse la place à la renaissance du City Mall), baptisé "Re Start Mall" a ainsi attiré les locaux comme les touristes pendant quelques années. C'était la réponse la plus rapide et la plus efficace pour permettre aux commerces, dont les principaux bâtiments situés dans le City Mall s'étaient effondrés en 2011, de reprendre vie. 

Un mini golf, des jeux d'échecs géants en libre service, un mini amphithéâtre de rue, des jardins partagés...toutes les initiatives sont bonnes pour que les habitants puissent se réapproprier l'espace public et le faire renaître, même sous des formes provisoires. 

Gap Filler, entreprise à visée sociale et solidaire, est très active dans la reconstruction de la ville. Elle promeut des projets tels que "Placemaking at One Central", qui a pour but de réhabiliter un gros quartier résidentiel du centre ville, pour en faire un lieu innovant, avec une communauté liée et solidaire, et des habitations durables. Un parking géré par les habitants et dont les revenus sont versés pour des projets de développement du quartier, des oeuvres de street art grandeur nature, un espace de bureaux qui devient espace de rencontre / événements le soir.... Voila quelques uns des projets en cours pour faire de One Central un endroit "cool" de Christchurch, et pas juste un pansement sur une jambe de bois ! Si vous voulez en savoir plus, c'est par ici ! Et en attendant, on vous recommande de prendre le temps de visiter cette ville si vous passez en Nouvelle-Zélande :)