La gestion des ressources sur les îles thaïlandaises

Nous voudrions revenir sur un point qui nous a particulièrement marqué lors de notre séjour dans les îles : c’est la gestion des ressources.  

Une simple recherche Google nous apprend que déjà dès 2010, des problèmes apparaissent. De nombreux articles (blogs ou journaux grand public) traitent déjà du sujet mais nous tenons quand même à apporter notre pierre à l’édifice.

Lorsque nous avons voulu en parler avec les locaux sur Koh Pi Pi, le sujet était clairement tabou : soit ils s’excusaient (!) soit ils nous répondaient par un rire gêné. La gérante de l’hôtel nous a même répondu : « We are taking the trash out, sorry for the smell, not your problem for long». 

Sur Monkey Beach, les singes volent les bouteilles des touristes sans que personne ne les ramasse ensuite...
Sur Monkey Beach, les singes volent les bouteilles des touristes sans que personne ne les ramasse ensuite...

A Koh Pi Pi débarquent 3 ferrys de 200 – 300 personnes de Phuket & 2 de Krabi par jour. Tout ce petit monde tenant évidement à son confort (climatisation, eau minérale en bouteille, …) On vous laisse faire un rapide calcul pour évaluer l’impact. Une taxe de 20 bahts (environ 0,80€) est demandée à l’arrivée pour participer à l’évacuation des déchets vers Krabi mais il suffit de passer à l’intérieur des terres pour s’apercevoir que les poubelles débordent et qu’elles sont difficilement gérées : L’eau courante n’étant pas toujours potable (et plus particulièrement en saison sèche), des bouteilles (en plastique évidement) d’eau filtrée et d’eau minérale sont acheminées du continent tous les jours.

Nous avons été très surpris par l’attitude de certains locaux qui utilisaient de l’eau minérale pour rincer les équipements de plongée ou qui jetaient carrément par terre leurs verres en plastique oklm. Sans vouloir jouer aux moralisateurs, il y a une grande marge de progression dans l’éducation aussi bien dans celle des locaux que celle des touristes...

En ce qui concerne la production d’électricité, elle est assurée en grande partie par des générateurs fonctionnant au fuel, que l’on peut repérer dans l’intérieur des terres au bruit & à l’odeur.

Ces sujets était beaucoup mieux pris en compte / acceptés sur Koh Yao Noi : Nous avons pu voir une installation de filtration d’eau avec pompe à chaleur intégrée ainsi que quelques (trop) rares panneaux solaires. 

Installation de filtration d'eau et pompe à chaleur
Installation de filtration d'eau et pompe à chaleur

Clairement des efforts sont faits : Notre guest house avait à disposition des poubelles de tri pour le plastique & des employés des hôtels s’efforçaient de ramasser les gobelets « oubliés » par les touristes. 

En conclusion la prise de conscience s’amorce : des sacs en tissus étaient proposés dans les supérettes de proximité en remplacement des sacs plastiques. Même si, (autre paradoxe) dans ce même magasin, des pailles sont fournies avec toutes les boissons vendues, même les bouteilles d’eau. 

N’étant que de passage, il est difficile pour nous d’apporter un constat plus détaillé (n’est pas Elise Lucet qui veut ! 😊) mais ce que nous avons vu renforce notre volonté de surveiller notre impact. 

Sur Yao Noi, on est accueillis par ce panneau...et pourtant, ils donnent des sacs plastiques même pour tenir les gobelets à emporter...
Sur Yao Noi, on est accueillis par ce panneau...et pourtant, ils donnent des sacs plastiques même pour tenir les gobelets à emporter...